Pour exercer le métier d’un bon expert du chiffre, il faut comprendre la distinction entre le résultat fiscal, le résultat de l’exercice et le résultat comptable. Aussi, pour comprendre la somme d’impôt qu’il faut payer à l’État, il est indispensable de maitriser ce qu’est le résultat fiscal. Via un cas pratique, cet article va vous décrypter le résultat fiscal en vous montrant les démarches à suivre pour l’obtenir.

 

Résultat fiscal : définition

Avant d’entrer en détail sur le sujet de résultat fiscal, il parait judicieux de se focaliser uniquement sur le résultat. En général, le résultat représente la différence entre les produits et les charges. En comptabilité, il s’agit de l’écart entre les aboutissements dans les comptes de la classe 7 et les dépenses qui sont les comptes de la classe 6. Les produits englobent par exemple les prestations de services ou les ventes de biens que les placements financiers ont pu générer tandis que les charges représentent les marchandises, les matières premières, etc.

Dans le cas du résultat comptable, il s’obtient à partir de l’écartement existant entre les produits et les charges. Pourtant, afin d’établir ce résultat, il est indispensable d’appliquer les normes dictées par le plan comptable général ou PCG. Pour ce qui est du résultat fiscal, il découle de l’application des règlements de réintégrations et de déductions prescrits par la CGI ou code général des impôts. C’est seulement à partir du résultat comptable que votre expert-comptable à Ixelles a obtenu que l’opération de réintégration des charges et la déduction des produits puissent avoir lieu. Bien entendu, cela se réalise dans le cadre du respect des règles fiscales.

La plupart du temps, le résultat obtenu fiscalement et celui obtenu comptablement ne sont pas toujours les mêmes. En comptabilité, le résultat comptable s’appelle aussi résultat net comptable. Pourtant, le résultat fiscal marque la base de calcul de l’imposition, c’est aussi le résultat imposable.

 

Opérations de réintégrations et de déductions : comment fonctionnent-elles ?

Une réintégration tend en général à l’élimination de la déduction d’une charge en l’ajoutant au résultat. Quand on parle de la réintégration d’une charge, on se réfère tout de suite à une charge non déductible fiscalement. Cette opération peut être totale ou partielle. Pourtant, une déduction se base sur l’effacement d’un produit en le soustrayant du résultat.

Dans tous les cas, les réintégrations et les déductions indiquent des retraitements fiscaux hors de la comptabilité. Ils ne demandent pas en effet aucun traitement comptable particulier ni une incidence sur les comptes et le résultat comptable.

Pour obtenir le résultat fiscal, votre expert-comptable à Ixelles doit se baser sur le résultat comptable avant impôt. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de réintégrer l’impôt sur le revenu. Il peut également appliquer une autre méthode pour avoir un résultat fiscal. À ce titre, il se réfère au résultat comptable après impôt, l’additionne aux réintégrations et soustrait le tout aux déductions. C’est seulement dans ce cas que votre expert du chiffre puisse réintégrer l’impôt sur le revenu (IS).
Plan comptable général